De l’identité nationale aux identités meurtrières…

mai 23, 2007

Il y a quelque chose qui me titillait ces derniers temps. Je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. Je crois que j’ai trouvé…Vous avez entendu « notre » nouveau président ? Celui qui se revendique porte parole de la république, fervent humaniste et réceptacle de la Culture française ?

Celui même qui tourne le dos à un demi siècle de politique étrangère française pro-arabe, pro-africaine et anti-altantiste pour ouvrir les bras à un rogue stateaméricain farouchement réducteur des droits humains, à un Eretz Israëlbâti sur une droite de + en + militariste ? C’est cet homme là, qui occultant ses origines hongroises, ne reconnaît le droit aux Français que de se revendiquer d’une et d’une seule identité : l’identité française. Et par là même de laisser la porte ouverte à des réflexes nécessairement liberticides et de nous faire oublier que, non, notre identité n’est pas réductible.

Notre identité est multiple. Nos identités sont plurielles.

Elles ne sont pas seulement le fruit d’une culture, d’une éducation, d’un background. Elles sont le fruit de voyages, de contacts, d’affinités, d’échanges, de pluralisme. Notre identité est ce que nous construisons jour après jour. Elle ne peut faire l’objet d’un « Ministère de l’identité nationale ». Ce n’est pas de cette France là que nous voulons. Que nous soyons de nationalité française ou étrangère, si nous portons en nous un tant soi peu de ce bagage culturel francophone, nous ne pouvons pas laisser faire cet attentat à l’ « exception française ».

Car si il y a exception française, elle ne peut s’admettre que dans l’acceptation de l’autre, l’intégration de toutes nos différences. L’argument de l’identité nationale renie aux gens qui ne sont pas « français de souche » de mettre en exergue leurs origines diverses. Le roumain devient breton. Le marocain devient marseillais. Le sénégalais devient clichois. Le libanais devient parisien. Ils noient leur passé dans une identité unique, stéréotypée, aseptisée. Sarkozy veut faire oublier qu’il était un enfant né de l’immigration. Il veut nous faire adopter un monde qui n’est pas le notre, celui d’un monde où la nationalité primera sur l’identité. Un monde où le droit prime sur le sang.

Car les questions identitaires sont crisogènes, localement, nationalement, mondialement ; nous faisons le vœu d’un combat pour des identités plurielles. Nous prenons le parti d’une identité mobile, flexible, qui refuse d’être figée. Qui se veut le parti de toutes les influences. Nous prenons le parti du cosmopolitisme. Nous renions les identités meurtrières. Nous choisissons d’être libres. Non conditionnés. Ni par la famille, ni par la société, ni par l’État.

Nous décidons d’être puzzle. Puzzle que nous façonnons indéfiniment. Car « l’essence de l’être humain est en suspens dans sa liberté » nous serons ce que nous ferons et non pas ce que l’on a fait de nous.

Parce que le marasme et l’obscurantisme qui agitent la France aujourd’hui avec ce concept kamikaze de l’identité nationale nous concerne tous car nous ne sommes pas à l’abri des amalgames, des raccourcis idéologiques, des catégorisations et de l’étroitesse d’esprit. Enfin, cela nous concerne car c’est le nouveau concept politique tendance qui tient à ce seul mot : identité. Et qu’à lui seul, il attire toutes les convoitises et toutes les menaces. Avec lui on parle de l’Europe, de l’Islam, de l’intégration, du régionalisme, du nationalisme,du terrorisme. Avec lui on vide le politique de son sens, de son suc. Avec lui, on oublie que la politique c’est l’art de la vie en cité (polis) parce que aujourd’hui le mot cité n’est plus que synonyme de no man’s lands à brûler et à nettoyer.  L’identité : le concept fourre tout du 21 ème siècle.

A ces fins, j’ai décidé de créer ce blog des identités multiples. Car l’être humain est gigogne, car il est poupée russe, car nous sommes tout en un et un pour tous J A vous tous, à ceux qui auront un peu de temps, un peu d’inspiration, un peu de foi ; je vous demande de participer, avec moi, à ce vecteur virtuel qui j’espère se fera entendre dans le brouhaha du web. Je pense qu’il est de notre devoir civique et de notre devoir d’humain d’apporter notre contribution à ce débat si peu éclairé sur l’identité nationale.

Dans un premier temps, dans ce blog, je glanerais tout ce qui a trait de près ou de loin à l’identité qu’on l’entende comme un concept philosophique, religieux, politique, psychologique, littéraire et même biologique. J’appelle à toutes les bonnes volontés à participer à ce recensement   pantagruélique des théories de l’identité. Je pense qu’elles sont fondamentales pour comprendre l’Homme. Enfin, je demande à ceux qui souhaitent et qui veulent faire partager leurs impressions subjectives sur la notion d’identité, de décrire comment ils vivent leur identité, plurielle forcément.

Comme Maalouf, nous pensons que tuer la « bête identitaire »qui de Beyrouth à Jérusalem, ranime les rages est la seule issue possible aux mondes de demain.

Et nous pensons comme lui que :

« C’est notre regard qui enferme souvent les autres dans leurs plus étroites appartenances, et c’est notre regard aussi qui peut les libérer. »


Publicités

2 Réponses to “De l’identité nationale aux identités meurtrières…”

  1. s said

    Sur l’identité et les identités, j’ai lu un bouquin pas mal, ces derniers temps: http://septembresans.canalblog.com/archives/2007/05/18/4996369.html

  2. L’identité ? un long apprentissage du respect de soi, n’accepter de baisser les yeux que pour lire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :