Bonjour plaisir…

juillet 18, 2007

rubens_-_adam_et_eve_small.jpgJ’aime le désir.

Quand il prend naissance dans un regard. Quand il s’emballe dans un frôlement. Quand il électrise tout. Quand il dépossède un corps, une âme, un esprit pour le reconquérir. A sa manière. Terrain conquis. Vierge. Absolution du temps.  

J’aime le désir qui vient quand on ne l’attend pas. Celui qui nous surprend et nous cloue sur place. Celui qui n’attend pas. Celui qui se fait obsession. Qui s’entête. Qui creuse le ventre. Qui foudroie et qui ne renonce pas.J’aime ces peaux qui s’effleurent et qui sont déjà otages d’elles mêmes. J’aime ces sourires qui prédisent l’abandon total. J’aime ces étreintes qui interpellent les dieux. J’aime la violence d’avant l’union. L’impétueux élan auquel on ne résiste pas. L’appel d’un corps dont on ignore tout. L’oubli des règles et l’absence de masques. Le manque.

Fenêtres qui claquent et bourrasques de vent. Le lit fait, pas encore abandonné.

Elle et lui face à face, claquemurés dans leur destin. Ne craignant pas les représailles, n’obéissant qu’à la loi des fluides. Sexe contre sexe, ils n’ont que faire de demain.

Seuls eux règnent. Quand leurs peaux s’embrasent, quand le feu les scelle, quand leurs ventres ne sont plus que des boules de désir en sursit, quand il en va de leur lucidité. Et ses doigts sur sa peau sont comme des artisans de miracles.

Chair tendue, sexes gonflés, visages ouverts, yeux lumineux, ventres de velours. J’aime la violence pendant l’union. L’incroyable déraison du plaisir qui joue son inlassable petite musique. Le temps qu’on voudrait suspendre. Les spasmes qu’on voudrait retenir. L’oubli qui fait de nous ses prêtres.

Et par vagues, le désir livre ses messages. Et par cris, le désir nous récompense. Et le souffle nous manque, et le lit est défait, et ta peau est lumière, tu tiens le ciel dans tes bras, je vois Dieu dans tes yeux, et ton sourire me sanctifie, et ta jouissance me déifie.

J’aime le désir quand il se tient, roi, dans l’embrasure de la porte
Que d’une main il m’affame, et de l’autre me nourrit
Que dans une soif extatique je me livre, et que, 
de mon appétit galvanique, enfin, il me délivre.    
Publicités

6 Réponses to “Bonjour plaisir…”

  1. Désir qui nous allume et corps qui nous étreint…

  2. EMILIE said

    ça donne envie ….

  3. Si je peux me permettre

    – « Eux seuls règnent » (je trouve que ça sonne mieux, mais si tu préfères l’inverse…)

    – « L’incroyable déraison du plaisir jouant, inlassable, son entêtante symphonie (ou rhapsodie — poème épique– ou « obsédante symphonie », surtout que dans la symphonie, il y a des mouvements) » mais peut-être pas « petite musique », car ce dont tu nous parles n’est pas « petit » mais grand et puissant.

    Au final, c’est bien rendu. Comme dit EMILE, ça donne envie…

  4. identites said

    Au beatnik: désolée pour ce retard de publication de ton commentaire qui n’est pas l’oeuvre d’une volonté de censure de ma part mais il se trouve que ton post avait atteri dans les spams…
    Je te laisse remodeler mes textes comme tu l’entends, face à un puriste je m’incline 🙂

  5. Zee said

    J’ai remplacé dans ce texte « le désir » par ses initiales, ça fonctionne aussi.
    YHE si tu passes par là…

  6. YHE said

    Dézeerée, mon plaisir est de t’en procurer.

    Merci à notre hôte pour ces moments de vérités…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :