Nuits en kit.

août 17, 2007

p1000528.jpg

J’aime la nuit quand tout est à refaire. Que l’on peut réinventer sa vie à coup de tafs et de stilleto et défier la mort à chaque éclat de rire.J’aime la nuit quand on se perd au fond d’un verre et qu’on y trouve bien plus d’espoir que dans ces stériles discussions de comptoirs.J’aime la nuit quand les regards s’enflamment et ne se trompent pas.J’aime la nuit quand le goût d’absolu se distille dans chaque gorgée de vin.

J’aime la nuit quand elle se fait fatale, nous drape dans un halo de lumière et évince tous nos doutes.

 J’aime la nuit quand j’ai de la tacchychardie et qu’il faut déjà dire pardon à demain.J’aime la nuit quand on croise notre destin par des indéchiffrables chemins de travers.J’aime la nuit quand il faut lire entre les lignes et décompter tous nos soupirs.J’aime la nuit quand elle prend vie dans les ongles rouge cerise de filles en gloussements furieux. J’aime la nuit quand les bouteilles défilent, nous absolvant aussi vite qu’elles nous tuent. J’aime la nuit quand l’homme se surpasse, s’oublie, s’éclaire, se brûle et qu’importe qu’il trépasse.J’aime la nuit quand son bruit est un tintamarre burlesque, gigantesque téléphone arabe de nos vices les plus fous.J’aime la nuit quand la fête est royale, téméraire et incertaine et que les phares de nos morales déclinent en sourdine. J’aime la nuit extatique, charnelle et débaucharde, quand le cœur de la foule trépigne, et que de nos chairs, la lumière s’enivre. J’aime la nuit quand les lits sont défaits et attendent les amants.J’aime la nuit quand dans tes yeux le plaisir, déjà, s’installe en lettres de sang.J’aime la nuit quand une étreinte vaut plus que des discours.J’aime la nuit quand l’aigritude s’échange allègrement contre de la folie en haute dose. J’aime la nuit quand elle fait mal à la gorge, mal à la tête, mal aux jambes, mais que nos âmes esseulées coursent le plaisir comme des loups enragés.

J’aime la nuit pour tous ces quêteurs de vie, de sens, d’essence, de vide, de tout.

 J’aime la nuit quand elle est un avant goût de jamais. J’aime la nuit quand tout est à défaire. Et quand l’on échange nos vies imparfaites contre des lendemains de rêves.  

Publicités

Une Réponse to “Nuits en kit.”

  1. Ulysse said

    Nuit absolue, où la liberté est à portée de verres, on prend son envol pour étreindre les astres.
    Clairvoyance. On essaye d’interpréter la valse des bulles pris dans une course à l’immortalité.
    Amnésie. Oublier que l’éternité n’est q’un mirage, mais qu’elle voile chacun de nos éclats de rire. Ne pensons pas aux zéphyrs du lendemain, qui se traînent pourtant déjà sur nos paupières vacillantes…

    J’adore ton texte, c’est comme une brise d’euphorie, un appel à se serrer les coudes pour créer ensemble une porte de sortie … (enfin c’est mon point de vue 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :