Sex in the cortex …

novembre 17, 2007

zeichpenseuse.png

Il parait qu’une fille ça fait joli dans un salon. Avec une french manucure, les cheveux faussement négligés (après trois heures de mise en pli), le make up « nude » de circonstance ( teint peau de pêche et lèvres pimpantes de près). Si elle n’a pas de conversation, c’est encore mieux. C’est bien connu, une fille qui parle, c’est pire que tout.

 Elle a forcément un avis sur tout. Elle fait de longues phrases, généralement avec sujet-verbe-complément, se perd dans un dédale d’informations ( si elle sait un tant soit peu ouvrir un livre), coupe la parole et s’assurera d’avoir TOUJOURS raison. Si cette fille a une bibliothèque qui trône au milieu de son salon, plutôt que sa belle gueule en guise de tapisserie, c’est encore pire.  L’intellectuelle féminine est une éclopée ambulante. Sa survie dans le monde primitif masculin (fille=5 à 7 à couilles rabattues) ou dans le monde de la féminitude (ne porte pas de Paul and Joe = sous merde) , est un parcours du combattant. Ou comment jongler perpétuellement entre sa gueule de fausse ingénue et sa cervelle en ébullition. Ou comment clouer au pilori l’argumentation au rabais d’un bellâtre qui exhibe ses neurones d’une grâce frisant l’onanisme cérébral. Ou comment porter un balayage savamment blond platine et lire du bout des lèvres la critique de la raison pure avec le regard planté dans l’au-delà. Ou comment s’ennuyer galamment en soirée au milieu de cruches dont le discours se limite à moi/lui/eux et de mâles en rut, trop frustrés par leurs pétasses endimanchées qui matent à tout va, tout ankylosés de testostérone.

Ou comment fumer du bout des doigts des slim ou ( au choix) comme un camionneur cocaïnomane des cigares, et regarder, d’un air hilare si possible, la foule , les masses, les gens forcément hagards…

 Grand écart perpétuel, éreintant, effort de style épuisant, rhétorique de diplomate, gymnastique de l’esprit ; la cérébrale qui porte des cuissardes en latex n’a pas sa place dans le monde actuel. Elle a la tare de ne rentrer dans aucune case. Elle se défie des catégories. Elle laisse plein de cases vierges dans ses réponses quand on lui pose des questions. Elle se tait quand le silence est seul refuge. Elle s’oublie quand les discussions ne décollent pas. Elle s’ennuie, d’un ennui sournois et sans fond.  Si bien qu’au cœur de la nuit, quand les gens, repus et ivres, rentrent chez eux, Elle, affable dans les caleçons de son mec, hésite encore entre Star Ac et Anthologie de la Folie, et faute d’alcool restant, fume une dernière cigarette, l’œil rivé à son PC, fenêtre sur cour d’un monde qui lui, se rie de ses contradictions.

Publicités

7 Réponses to “Sex in the cortex …”

  1. Lady Zee said

    Sonia, tu m’en coupes le souffle, la chique, et fais frémir mon excès de testostérone…

  2. identites said

    @ Zee : J’en suis fort aise 🙂

  3. Dr T said

    Très joli texte…

  4. « Une cérébrale qui porte des cuissardes en latex. »
    ça me rappelle quelqu’une que toi et moi connaissons bien…
    rires

  5. nini said

    Que dire du sexe dans le néocortex? C’est cool d’avoir des inquiétudes, et d’être constamment envahie par des pensées existencialistes qui alimentent ensuite des conversations (parfois sous l’influence de l’alcool) profondes et philosophiques à 3h du mat. Quel bonheur quand notre principal objectif dans la vie n’est pas de s’acheter le prochain sac Prada ou les dernières paires de lunette Chanel…Bisous ma ptite intello sexy.

  6. kennza said

    Toujours aussi excellente la lecture par ici !

  7. Jenny said

    j’adore.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :