Lodgement bon…..

mars 5, 2008

9780141000213.jpgDavid Lodge est passé maître dans l’art de décortiquer l’antichambre de l’université anglo saxonne avec un humour caustique dont on ne se lasse pas.Dans Pensées secrètes, s’initie un fascinant dialogue entre un professeur de sciences cognitives, Ralph Messenger et une jeune femme écrivain, Helen Reed.   

Dans une réputée université britannique recluse dans l’arrière pays anglais, vont se jouer trahisons sur trahisons et désillusions jouissives. Par un procédé qui rend le lecteur omniscient, l’auteur nous invite dans les méandres des subconscients de Ralph qui transcrit ses pensées par enregistrement radio et Helen qui tient un journal intime. Ralph est directeur d’un brillant institut qui fait des recherches de haut vol sur la conscience humaine. Sur de lui, bon vivant, amateur de femmes, c’est un coureur de jupons invétéré qui ne cesse de délivrer ses phantasmes à son magnétophone. Helen, veuve, est reçue pour un semestre d’études afin de donner le prestigieux cours de création littéraire. Tous deux vont se livrer à un intense jeu de séduction qui va révéler leurs failles et leurs désirs intimes. S’y entremêlent de non moins intenses discussions sur la conscience humaine, l’âme et la religion. Si Ralph est un matérialiste hédoniste convaincu, Helen est encore en proie au legs d’une éducation catholique rigide. La rencontre de ces deux personnages est inéluctable, prend les tournures d’une tragédie grecque dont on devine très tôt les travers.  

Caustique, drôlissime, Lodge malmène avec délice les codes et les rouages des microcosmes académiques. Chez Lodge, les colloques sont de pédantes sauteries organisées, les universités sont les bastions d’un libertinage à peine dissimulé et les professeurs chopent le démon de midi dans les bras de leurs étudiantes.

Lodge croque le monde de la recherche avec un savant dosage entre humour noir et sarcasmes, ne tombe jamais dans le cliché, goguenard de finesse et d’ironie.

 Pour tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin à ces tours d’ivoire qu’habitent chercheurs, universitaires et étudiants en goguette, Lodge est incontournable.Faisant tomber les masques, il nous dévoile que cortex ou pas, les batailles d’ego sont universelles et qu’elles engagent des batailles intestines stériles dont même l’intellect ne nous prémunit pas.

Publicités

4 Réponses to “Lodgement bon…..”

  1. Interdire la porte de ma maison aux universitaires et autres enseignants même tenus en laisse, telle est la grande joie de ma vie…

  2. Pour être plus sérieux, la découverte de sa célèbre trilogie sur le monde universitaire (Changement de décor, Jeu de société, Un tout petit monde)reste un des mes plus grands bonheurs de lecture.

    Alors Sonia, à quand un grand article sur les géants de l’humour anglais ? lodge, mais aussi tom sharpe (mon préféré entre tous) et pg wodehouse (cet auteur qu’apparemment personne n’aime à part moi) ???

  3. identites said

    Bientôt bientôt, je n’ai pas encore ton bagage à ce sujet mais sur tes conseils je dois vraimen me lancer sur Tom Sharpe 🙂
    Quant à Lodge j’ai adoré Un tout petit monde et je cherchais justement les titres des deux autres de la trilogie!
    NB: tu interdis l’entrée de ta maison aux universitaires, mais et notre amie cérébrale aux cuissardes en latex alors?!!!!!!!

  4. Toute règle a sa femme d’exception…
    rires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :